Biennale de Sculpture de Yerres. Le corps de la sculpture

La Biennale de sculpture de Yerres (Essonne) est depuis 2007 ancrée dans le paysage culturel d’Île-de-France comme une exposition de sculpture contemporaine, à la fois exigeante et accessible au grand public. Le parc de la propriété du peintre impressionniste et mécène Gustave Caillebotte (1848-1894) offre, avec sa richesse végétale et architecturale, un ensemble paysager d’une rare qualité et fournit un écrin particulièrement hospitalier pour permettre à un public varié de découvrir les langages de la sculpture moderne dans les mille jeux de son inventivité.

Il s’agit, pour 2016, de trouver à nouveau le moyen de faire se rencontrer la pluralité de l’art contemporain et un vaste public, d’âge, de culture, d’attente extrêmement divers. Le choix du thème fédérateur, Le corps de la sculpture, donne l’occasion de réunir des expressions très diverses de l’art contemporain autour d’un sujet central, familier et évident pour tous : le corps. Depuis la Renaissance, le corps – le corps humain notamment – ne cesse de se présenter aux artistes comme la manifestation par excellence de l’énigme qu’est la vie humaine et le grand défi pour tout art, qu’il soit figuratif, allusif voire abstrait.

Au fil des civilisations et des siècles, la sculpture s’est distinguée comme un art se refusant à l’hermétisme, une technè où la matière se fait forme et la figure esprit. Bronze, métal forgé, résine, pierres multiples dans leur couleur et leur dureté, terre modelée ou estampée, tissus, bois, verre, nul ne saurait clore l’énumération des matières dans lesquelles les sculpteurs d’aujourd’hui savent incarner, par l’évidence concrète d’une forme visible, leurs expériences, leurs désirs, leurs visions du monde et de l’homme, leurs songes, leurs peurs aussi.

Autour de grandes figures historiques du XXe siècle qui ont traité le corps et la figure avec un langage moderne marquant et nous placent au plus haut niveau d’exigence esthétique – Rodin, Bourdelle, Brancusi, Zadkine, Giacometti, Germaine Richier, Dubuffet – se retrouveront une trentaine de sculpteurs de plusieurs générations, des maîtres reconnus parmi lesquels on peut citer, pour les plus célèbres, Damien Cabanes, Pascal Convert, Eugène Dodeigne, Alain Kirili, Markus Lüpertz, Denis Monfleur, Giuseppe Penone, Jaume Plensa, Christian Lapie, Emmanuel Saulnier ou Alain Séchas et des créateurs très jeunes, qui viennent de se former dans les écoles des Beaux-arts, à l’étranger ou à Paris et arrivent sur la scène artistique actuelle : Léa Dumayet, Ana Maria Lozano Rivera, Stéphane Vigny, Léa Klein, Nour Asalia.

El pase de diapositivas requiere JavaScript.

De nombreux autres grands sculpteurs d’aujourd’hui, Mâkhi Xenakis, Cyrille André, Parvine Curie, Françoise Giannesini, Daniel Hourdé, sont invités de manière à constituer un ensemble varié qui s’inscrive en cohérence avec la 3e édition de la Biennale en 2011.

Texto de Paul-Louis Rinuy, Université Paris VIII, commissaire de la Biennale

Enlaces de interés