Les voyageurs

© Ana María Lozano RIvera, Tisser les racines.

L’École nationale supérieure des beaux-arts présente l’exposition annuelle des jeunes artistes ayant obtenu le diplôme national supérieur d’arts plastiques (Dnsap) avec les félicitations du jury.

Commissaire : Hou Hanru, Directeur artistique du Musée national des arts du XXIème siècle – MAXXI, Rome

Le jury du diplôme était composé de Hou Hanru, président, Farah Atassi, artiste, Mounir Fatmi, artiste, Hélène Sirven, maître de conférences, Université Paris I.

Avec Violette Astier, Clarissa Baumann, Renaud Baur, Jessica Boubetra, Jeremy Demester, Léa Dumayet, Virgile Fraisse, Célia Gondol, Joris Henne avec la collaboration de Natasha Lacroix, Kieran Jessel, Maha Kays, Tarik Kiswanson, Antoine Liebaert, Ana Maria Lozano Rivera, Stefano Marchionini, Elena Moaty, Martin Monchicourt, Eleni Pratsi, Kevin Rouillard, Sarah Srage et Romain Vicari.

« Le jury fut très intense. Pendant trois semaines nous avons vu environ cent étudiants. J’ai trouvé les étudiants très dynamiques, engagés, ouverts d’esprit et en regard sur le monde. Beaucoup des profils que nous avons retenus sont allés chercher différents langages, une diversité, dans un rapport au monde au-delà du quotidien.

Nous avons été particulièrement enthousiasmés par le côté actif, mouvementé, performatif qui a donné une tonalité commune à partir de laquelle se tisse l’exposition « Les voyageurs ». Un esprit dynamique qui pousse à voyager que ce soit lors de véritables déplacements géographiques ou culturels, inspirés notamment par les expériences de certains Félicités au Brésil, en Thaïlande, ou au Vietnam … ou celui par lequel ils cherchent à s’affranchir des frontières entre les disciplines ou entre les différentes définitions d’une activité. Ils sont inspirés non seulement par les différences anthropologiques, mais aussi par une ré-évaluation du discours sur la modernité et comment ce discours se construit. Ces jeunes artistes ne présentent pas un regard exotique, mais proposent plutôt une forme de diversité dans un héritage culturel commun. Je trouve que cela est très beau, très juste, dans l’approche de ce genre de voyages.

Ils prennent donc une position active, s’inscrivent dans le processus mondial. Ils ne sont pas spectateurs, ne regardent pas les choses avec un regard distancié ou touristique. Ils partagent, s’intègrent dans le projet de chaque endroit. Ce sont donc des voyageurs en profondeur…

Les questions soulevées sont aussi celles du franchissement des frontières entre les disciplines, entre les différentes définitions d’une activité. Nous nous sommes donc attachés à des artistes qui produisent des films se situant entre fiction et recherche historique, entre documentaire et imaginaire… Ils cherchent toujours une forme d’instabilité, que je trouve très belle. Cela rejoint aussi une recherche sur le statut d’artiste vu au-delà de la stricte définition du métier. Au fond, la conclusion c’est de dire : aujourd’hui être artiste, c’est être voyageur. »

Hou Hanru

Dans le cadre de la collaboration des Beaux-Arts de Paris avec la FIAC, l’exposition Les voyageurs fait partie du parcours privé: Plan d’évasion / Plan d’invasion / Plan d’appropriation. Performance itinérante avec l’artiste Clarissa Baumann

  • Du 20 au 25 octobre tous les jours à partir de 15h
  • Du 29 octobre au 22 novembre du jeudi au dimanche à partir de 15h
  • Soirée du vernissage : De 19h à 20h30 : Slow, performance proposée par Célia Gondol. Interprètes: Élise Ladoué, Nina Santes
  • L’Ecole remet 8 prix aux Félicités issus de dons et legs, dits « Prix de Fondations ». Lundi 19 octobre, 20h00, chapelle des Petits-Augustins.

Artistas latinoamericanos participantes

  • Ana María Lozano Rivera